Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #nature tag

Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance

Publié le par jackie Boullier

Une petite mise en jambe pour que le soleil perce et donne. C'était en janvier. 10 kilomètres malgré tout. Il suffisait de se décider, de se chausser et de partir. J'ai suivi la Lémance, de Lastreilles à Sauveterre, avec quelques détours pour réfléchir et parler à Dame nature. Une petite randonnée habituelle pour contempler ce que les saisons offrent. L'hiver, c'est sympa aussi au pied du Château. 

Au monument aux morts, après quelques secondes d'hésitation, mes pas m'ont conduite vers les friches industrielles. Ce n'est pas la première que je traverse ce désert.  Je m'y colle souvent pour sentir les âmes disparues, les âmes ouvrières, restées là, abandonnées. Le sujet est hélas assez récurrent dans notre vallée. 

Que reste-t-il ? Des ruines et la sensation qu'il y a malgré tout un vide habité. Tout en traînant la savate (pour décoller les cailloux ferreux), je pensais à mon père et à ses larmes lorsqu'il racontait sa dernière visite à Auchel, son Pas-de-Calais natal. Les terrils omniprésents avaient été rasés, les corons abandonnés, squattés. Des habitations pourtant  bien conçues au papier peint fleuri et aux potagers bien rangés. 

Tout passe. 

Je pris quelques photos pour immortaliser la beauté nostalgique de l'endroit.

J'ai repris le chemin du retour. Il faisait encore beau et frais. Sur ma droite, l'usine à chaux attendait au soleil que je jette un oeil. 

Tout passe.

Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance
Friches industrielles à Sauveterre-la-Lémance

Voir les commentaires

L'arctique n'est pas à Shell : il faut arrêter !

Publié le par jackie Boullier

La terre est notre héritage, celui de nos enfants et nos petits-enfants. Elle est à la faune, à la flore et au monde animal. Monsieur et Madame Shell, l'eau de votre bain est en train de fondre....

FAITES CIRCULER....

Voir les commentaires

Loups : l'animal pas si inutile que çà.

Publié le par jackie Boullier

Comment les loups changent les rivières.

Oui. Je suis féroce et j'hante les mauvais contes de fée.

Il serait tant de lui redorer le blason.

Alors, réinsérer les animaux, n'est-il pas nécessaire ?

Il faudrait davantage communiquer sur notre nature et faire comprendre que nous sommes tous ensemble sur la planète et dépendant les uns des autres.

Voir les commentaires

Trop fort : des chamois échappent à une avalanche !

Publié le par jackie Boullier

Voir les commentaires

Les châtaigniers de Lacapelle Biron

Publié le par jackie Boullier

Une randonnée parmi les châtaigniers à Lacapelle Biron, un village magnifique dans le Lot-et-Garonne.
Les châtaignes continuent lentement leur maturité avant la chute...La chute, c'est pour bientôt. En attendant, le soleil frôle mes branches, une randonneuse m'admire et me touche admirative. C'est le pied, la nature non. ?
Petite, la fille ! Pourtant, ne suis-je pas fragile et à votre merci ?

Le grand châtaignier le LACAPELLE
Pourtant, je n'ai pas de rancune et sais me rendre populaire, même lorsque je ne suis pas dans les normes. Le GR, c'est par ici !

Châtaignier directionnel

Vive les châtaignes et les châtaigniers !



 

Voir les commentaires

Arbres : il était une fois des arbres

Publié le par jackie Boullier

Pour accompagner mon album photos : "Il était une fois des arbres", je n'ai rien trouvé de mieux que d'inviter des illustres. Ils sont souvent en état de grâce ces hommes-là.

Les arbres que l'être humain façonne, utilise, exploite, malmène "au poing" de ne plus les respecter.

Que d'expressions françaises leur devons-nous !

Réfléchissez vieilles branches !
Oublieriez-vous vos racines. ! 
De quelle écorce êtes-vous faits ! 
Vous allez voir de quel bois, je me chauffe !.. 

 
 
Extrait de Trois chevaux, roman d'Erri De Luca

" Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches." (p. 23)



Un texte splendide.
Maxime Le Forestier qui se compare à un arbre dans la ville. Nous avions de bien jolies écorces et n'avions pas encore perdu nos branches.


 

 



Enfin, le grand Georges Brassens qui n'aurait pas dû quitter son chêne.

Voir les commentaires

La caresse au papillon

Publié le par jackie Boullier

Un bonheur simple et abordable : une caresse au flambé.

Ce magnifique papillon est si gourmand qu’il oublie la présence de l’homme.

 

C’est ainsi que j’ai pu le caresser à plusieurs reprises.

 

Flambé 2 (Copier) Le Flambécaresse au Flambé (Copier)

Voir les commentaires

Sur les traces des ancêtres...

Publié le par jackie Boullier

Comment peut-on appeler cela ? Une promenade, une randonnée, une rando.. 

Marcher pour faire le point. Vivre un duel, opposer le corps et l’esprit et se retrouver.

Au début, çà chahute ; le corps s’emballe. Il se détend petit à petit, et se rapproche des neurones, à moins que ce soit l’inverse. Çà discute, çà s’engueule et çà fait la paix.

C’est ainsi que je suis partie à Sauveterre-sur-Lémance, mon petit sac à dos sur l’épaule.

Marche de 11 km environ – 3 heures – Pas âme qui vive – pas d’engins motorisés. Si, peut-être un oiseau de guerre en acier qui ne peut s’empêcher de déranger.

Une bataille entre corps et esprit puis une communion avec Dame Nature.

Un retour aux sources puisque je marche sur les traces des chasseurs-pêcheurs Sauveterriens d’il y a 8 500 ans. Je suis sur le site du Martinet découvert en 1920.

Je suis émue. J’imagine la tribu. Tout est là pour vivre : la rivière, la forêt, les abris, le bien-être. C’est magnifique !

 

Je pénètre dans la forêt. Je me détends. J’écoute. Je vois. Je me fais peur. C’est qu’il n’y a PERSONNE. Mon téléphone « tam-tam » ne capte pas. Il fait sombre malgré les trouées de ciel bleu. Je redeviens humaine. Je me flanque la trouille. Je me retrouve toute petite, encerclée par les arbres. Puis, Je fais communion avec eux. Je fais partie d’un tout. Je suis bien, tranquille. Je puise leur force.

La lumière revient.

Je suis un petit chemin. Un arbre mort se tient noueux sur le bord. Il vit encore. J’ai du mal à le laisser. Respect !

 

La forêt me quitte. Je sens revenir petit à petit la civilisation. Une clairière pleine de soleil me chauffe les narines au point que je n’arrête pas d’éternuer. Une chapelle en ruine surgit du passé. Elle est pourtant encore bien assise dans le présent. Je redescends sur Sauveterre près de l’Usine à chaux qui grignote notre sous-sol.

C’est lundi. Le troquet est fermé. La bière, c’est à la maison.

   

Retrouvez quelques photos dans l’album :

    Photogaphies Sauveterre

    05SauveterreDSC08654Sauveterre_la_lemance2.JPG

Voir les commentaires